Réussir vos examens en optimisant votre cerveau

Facteurs d’influence sur la réussite aux examens
Les examens sont le passage obligé de millions d’apprenants chaque année en France. Des résultats de ces examens dépend leur avenir, à plus ou moins long terme, et de manière plus ou moins importante. C’est donc tout naturel si un tel événement, la plupart du temps, occasionne du stress chez l’apprenant. Tous les individus qui ont dû un jour passer un examen peuvent témoigner que le stress bloque les capacités cognitives. L’apprenant anxieux, en situation de restitution, perd ses moyens, sa concentration, son élocution, ses connaissances et sa tempérance. Au niveau physiologique, le stress produit des hormones qui ont, entre autres, la faculté de bloquer les neurotransmetteurs en lien avec la mémoire et la relaxation. De manière triviale, physiologiquement, le stress bloque la relaxation.

De plus, paradoxalement, le stress et l’anxiété dus à l’examen provoque du plaisir au cerveau. Le principe qui sous-tend ce comportement étrange est simple à comprendre : « Si je suis inquiet, c’est que je me soucie de ce qui pourrait arriver. Se soucier de ce qui pourrait m’arriver est un comportement vertueux, qui se doit d’être récompensé ». Et le cerveau récompense ce comportement par une production de dopamine, l’hormone du plaisir. Comme le cerveau enregistre également le contexte lors d’une expérience personnelle, il associe les examens et les locaux d’examens au « plaisir de stresser ». Et ce comportement contre-productif va se reproduire à chaque occasion.

L’importance de l’état émotionnel dans la situation d’examen
Sortir de la boucle du stress est possible grâce, entre autres, aux recherches sur le cerveau de ces dernières décennies. Les techniques de prise de conscience et de rationalisation de son stress permettent d’en amoindrir les effets. Lorsque le stress baisse, la mémoire revient et la confiance aussi. Ceci entraîne une baisse plus importante du stress, dans une spirale qui permet de resituer l’ensemble de ses connaissances. La réussite des examens dépend non seulement de son état émotionnel mais aussi physiologique.

Les neurosciences cognitives nous enseignent ce qu’il convient de faire ou de ne pas faire avant un examen. Le sommeil, la nutrition, les activités antérieures, tout ceci peut influencer les capacités de restitution de notre cerveau. Enfin, et en dernier lieu, il est évident que de notre état et de nos habitudes de vie seules ne dépend pas la réussite aux examens. Il faut bien entendu avoir emmagasiné des connaissances.

Les spécialistes du cerveau possèdent les clés pour construire des outils et supports pédagogiques performants pour l’apprenant en situation d’examen. Avant d’enregistrer des informations, encore faut-il en avoir envie. Se mettre à un bureau pour « bûcher » peut bien entendu ne rien avoir de très motivant, et la procrastination s’installe facilement et durablement chez beaucoup. Des méthodes motivationnelles existent. Ces méthodes sont très puissantes car elles s’appuient sur l’un des leviers centraux du fonctionnement cérébral : la recherche du plaisir. Apportez au cerveau le plaisir d’apprendre et l’anticipation du plaisir, et les soucis de procrastination appartiendront bientôt au passé. Pour commencer à optimiser scientifiquement vos techniques d’apprentissage, contactez-nous.