Comment augmenter le niveau de vos élèves ?

Enjeux de bonnes pratiques d’apprentissage

Dans un contexte de remaniement des programmes et des attentes de l’Éducation Nationale, savoir ce que l’apprenant est capable d’emmagasiner en termes de connaissances est primordial. Il est important d’amener les apprenants de tous âges vers, si ce n’est l’excellence, a minima, un niveau de formation satisfaisant. Les sciences du cerveau fourmillent de données sur le fonctionnement de l’individu en situation d’apprentissage. De là, les enseignements qui en sont issus permettent de construire des outils pertinents pour mener l’apprenant vers ses objectifs.

Bien souvent, l’accent est mis sur un apprentissage intensif basé sur ce que l’on nomme communément du « rabâchage ». Et il est vrai que, selon un principe bien connu des spécialistes des neurosciences cognitives, plus nous sommes exposés à une stimulation, mieux elle s’inscrit en nous de manière pérenne. Ce principe, même s’il fonctionne, occasionne une quantité importante d’effets négatifs à prendre en compte. Tout d’abord, et de manière évidente, le temps investi dans l’apprentissage est du temps qui ne se rattrape pas.

De même, si l’apprentissage n’est pas optimal, ou tout du moins effectif, dans un temps que l’individu estime suffisant, il y a frustration et stress. Le stress empêche la mémorisation des informations, par la production de cortisol. Le cortisol est une hormone qui vient inhiber la production de neurotransmetteurs responsables des capacités de la mémoire. En dernier lieu, tout apprentissage, de par les efforts qu’on investit, occasionne une fatigue mentale et physique.

Méthodes et Mécanismes d’un apprentissage performant

Une bonne optimisation permet, dans le même laps de temps, de gagner à la fois en quantité et en qualité les informations retenues. Ce qui entraine une fatigue ressentie moindre, car l’individu qui se rend compte de tout ce qu’il a été capable d’intégrer se sent satisfait. Le plaisir ressenti renforce davantage le comportement vertueux qui en est à l’origine.

Les modalités d’apprentissage ne sont pas les seules à prendre en compte. Le contexte est également primordial. Les conditions environnementales sont très importantes pour un apprentissage effectif. Le bruit ambiant, la luminosité, les odeurs, les couleurs, la température… Le contexte est encodé dans la mémoire au même titre que l’information à mémoriser elle-même. Pour cette raison, les sciences du cerveau enseignent qu’il faut maitriser son environnement. Il faut le rendre le plus robuste possible, résistant aux changements. Apprendre aux mêmes endroits, aux mêmes heures, sur les mêmes supports, avec les mêmes contraintes externes.

Apprentissage optimisé signifie également information optimisée. Apprenez ce qui fonctionne pour le cerveau, ce qui lui parle, et sachez surtout comment formater l’information pour qu’elle devienne pertinente et percutante. Enfin, en dernier lieu, ce qui permet d’augmenter les capacités d’un apprenant est son état émotionnel. Comprendre comment fonctionnent les émotions, l’attention, le plaisir d’apprendre est tout aussi important que de savoir comment faire apprendre une information au cerveau. Croire en ses apprenants, c’est prouvé, permet d’augmenter de manière effective leurs résultats. Ne pas y croire, au contraire, entraine une baisse non-consciente de la motivation et donc des performances. Pour une intervention personnalisée, prenez contact avec U’FINK dès à présent.