Les bases du cerveau et son fonctionnement en entreprise

Généralités de fonctionnement

Le monde de l’entreprise est extrêmement concurrentiel. Les impératifs qui s’imposent aux collaborateurs sont autant de contraintes que le cerveau doit pouvoir gérer. Il faut bien avoir à l’esprit que le cerveau n’est pas, contrairement à l’image souvent véhiculée par les médias, semblable à un ordinateur. Certes, son principe général de fonctionnement repose sur une entrée de données et des comportements en sortie. Cependant, à l’inverse d’un ordinateur, le cerveau est un organe biologique qui est sensible à son environnement extérieur et qui y est même très sensible. Il s’agit donc de bien en maîtriser les bases de fonctionnement afin de l’exploiter sans le surexploiter.

Le monde de l’entreprise ne se résume pas à des délais, de la concurrence et des résultats à produire. Il est aussi et, il est surtout, des hommes et des femmes, du travail d’équipes, de l’organisation hiérarchique et des fonctionnements individuels et collectifs, multiples et variés. Le cerveau immergé dans son environnement est soumis à une foule de stimulations, qui, si elles sont mal canalisées, participent à l’épuisement de l’individu. Les questions du stress, de la concentration, de la valorisation de la personne de son travail et de son bien-être, sont au cœur des problématiques humaines. L’entreprise, qui vise la productivité et le retour sur investissement maximal, doit pouvoir compter sur ses collaborateurs.

Comment optimiser son fonctionnement cognitif en entreprise

Les cas de collaborateurs mécontents de leur travail, ou épuisés par celui-ci sont plus courants que les cas d’expériences positives ressenties dans les entreprises. Certaines entreprises participent à l’épanouissement professionnel de leurs collaborateurs  et sont classées parmi les leaders de leur marché. Simplement car elles mettent en place des infrastructures, des aménagements de locaux et des modes de fonctionnement qui permettent au cerveau de supporter les affres de l’entreprise avec un impact minimisé.

Moins de pression, mais aussi moins de distractions inopportunes, de meilleures communications verticales et horizontales au sein de la hiérarchie et des collaborateurs, centrées sur l’essentiel. Des espaces de travail pensés pour l’optimisation des collaborateurs, pas pour le profit maximal des entreprises. On peut penser que c’est une perte de temps et d’argent considérable pour l’entreprise, mais un individu épanoui est un individu productif. Un collaborateur équilibré apporte, sur le long terme, beaucoup plus que ce qu’un collaborateur sous pression peut apporter sur le court terme. C’est la nuance entre un bon sprinter qui s’épuise vite, et un coureur de fond qui, certes va moins vite, mais plus loin. L’expérience montre que les politiques d’entreprises qui voient à long terme sont les plus productives, en termes de communication, de finances, d’économie et sur le plan humain. Gardez la maitrise de votre avenir et contactez U’FINK.