Les astuces à connaitre pour manger sainement en accord avec votre cerveau

Ce dont votre cerveau a besoin pour fonctionner normalement

De mauvaises habitudes alimentaires peuvent entraîner beaucoup de problèmes. Outre les risques d’accident, les soucis de surpoids, les soucis articulaires, cardiovasculaires, des maladies du cerveau sont possibles. S’alimenter sainement est une question de santé publique, qui concerne toute la population. Le cerveau a des besoins et certaines choses consommées sont, pour lui, néfastes.

La prise répétée d’alcool est la plus évidente. Ses effets dépendent des habitudes de consommation, de l’âge, du sexe et de certains facteurs génétiques. La boisson joue sur l’hydratation du corps. Certaines zones du cerveau, particulièrement fragiles, y sont sensibles. C’est le cas notamment des zones qui gèrent les inhibitions comportementales et la planification, l’exécution de tâches et la prise de décision. Le cerveau, en plein développement jusqu’à la fin de l’adolescence, est particulièrement fragile à cette période de la vie. L’alcool peut gravement en endommager le fonctionnement. Des syndromes peuvent apparaître, entraînant délires, troubles importants de la mémoire et défauts de la prise de décision et de la planification. Les études ont montré une altération de la capacité de jugement et du sens de la moralité. La mémoire peut également être altérée en cas de consommation excessive.

Il se peut qu’une consommation modérée d’alcool entraîne une amélioration des capacités sociales pour certains individus. Mais, chez d’autres, ces capacités sont amoindries. On observe des comportements violents en cas de prise excessive d’alcool. Les études montrent les effets néfastes et parfois permanents de ces toxiques, comme elles le montrent pour les drogues dites « douces » qui n’ont rien de doux pour le cerveau. Ces études nous enjoignent à ne pas consommer  ces substances qui ont le malheur de jouer sur le centre du plaisir du cerveau. Elles tendent donc à pérenniser les comportements qui leur sont associés, par renforcement des liens entre l’acte et le plaisir que le consommateur en retire.

Quels leviers exploiter et quels pièges éviter

Le cerveau, pour fonctionner, a besoin de nutriments, de gras, de vitamines et d’autres substances que l’on trouve dans une alimentation équilibrée. Non seulement cela améliore les capacités cognitives, mais aussi émotionnelles. Elles fournissent les éléments nécessaires à la synthèse d’hormones et de neurotransmetteurs responsables du plaisir et du bonheur. Manger sainement signifie manger équilibré, mais également en quantités raisonnables.

Les spécialistes des neurosciences cognitives parviennent à connaitre de mieux en mieux ce qui influe sur la prise alimentaire. Il est aujourd’hui connu que le mode et l’ordre de présentation des aliments qui sont à disposition conditionnent leur consommation ou non. La simple appellation d’un produit au profit d’une autre en modifiera la perception visuelle, gustative, olfactive, voire même auditive. Autant de sensations qui participent au plaisir de manger, et, donc, aux habitudes alimentaires.

L’un des secrets d’une alimentation saine repose dans la manière dont les aliments sont présentés. En outre, l’effet émotionnel des aliments est important. Ce qu’ils évoquent, consciemment ou non, ce à quoi ils font référence pour l’individu, tout est analysé par le cerveau. C’est le cerveau qui décidera de la consommation ou du rejet des aliments. Pour consommer ou faire consommer sainement, travaillez le rapport entretenu avec les produits de consommation.

Pour en savoir plus, prenez contact avec U’FINK.